a u t o n o m i e ,   a u t a r c i e ,   s u r v i e
t o u t   f a i r e   s o i - m ê m e

Avoir / Posséder

Haut. Précédente. Lilas de Perse, ou margousier

S 30 avril 2016

J'ai récolté des fruits de lilas de Perse, ou margousier, ce petit arbre planté au bord des rues dans le sud de la France et donnant des grappes de baies rondes et frippées jaune-blanc qui collent sous les semelles.

Fruits de lilas de Perse.

Ne pas confondre le lilas de Perse (melia azedarach) avec le célèbre neem (azadirachta indica). Les deux arbres se ressemblent beaucoup et sont tous deux appelés margousier.

Le lilas de Perse peut aussi être confondu avec un hybride de lilas, (syringa x persica), appelé lui aussi lilas de Perse.

Comment les reconnaître ?

Première source.

Le margousier [lilas de Perse] ou melia azedarach est très proche d'apparence et du point de vue botanique du neem ; originaire des contreforts himalayens, il est maintenant répandu dans le monde entier, des régions tropicales aux régions tempérées à hiver moyennement rigoureux (il est présent dans le sud de la France et dans la péninsule ibérique). On le plante dans les parcs, les places, les jardins et le long des routes.

A la différence d'azadirachta indica, le margousier [lilas de Perse] possède un feuillage deux et parfois trois fois penné, des fleurs odoriférantes violettes ou mauves et il perd ses feuilles à l'automne, ses fruits quasi identiques à ceux du neem persistent sur l'arbre pendant l'hiver.

Il n'a pas la réputation du neem en Inde, bien qu'on lui connaisse des propriétés insecticides.

L'amande du fruit de cet arbre, commun dans les lieux publics, est considérée comme vénéneuse, capable d'empoisonner à faible dose non seulement les insectes mais aussi les mammifères (dont l'homme). Le fruit, qui pourrait attirer les enfants, est heureusement très dur à briser.

Deuxième source.

Le neem est non toxique pour les mammifères, les oiseaux, les reptiles et les insectes pollinisateurs. Ce n'est pas le cas du melia azedarach [lilas de Perse] dont les feuilles, entre autres, sont très toxiques. Le tableau suivant donne les différences entre les deux arbres.

  Neem
(azadirachta indica)
Lilas de Perse
(melia azedarach)
Graines longues [ovales] rondes
Fleurs blanches rose à violet
Feuilles composées composées tripennées

Les feuilles de neem (azadirachta indica) peuvent être consommées en tisane. Les feuilles de mélia (melia azedarach) [lilas de Perse] ne doivent pas être consommées. Par contre, les feuilles du mélia peuvent être utilisées en usage externe en pharmacopée ou comme pesticide et engrais dans l'agriculture. Elles sont même plus efficaces que celles du neem.

Troisième et dernière source qui résume bien tout.

Les fleurs sont roses au lieu d'être blanches et les fruits sont ronds au lieu d'être ovales.

Je rajoute que les feuilles du neem semble pennées simplement (une tige avec ses folioles de chaque côté) alors que celles du lilas de Perse semblent multipennées (une tige avec d'autres tiges de chaque côté avec chacune leurs folioles). Les feuilles du lilas de Perse tombent en hiver. Le noyau du fruit est blanc et strié dans le sens de la longueur, il contient quatre petites graines (toxiques) ressemblant à des grains de riz noir. Le fruit se ride en séchant.

Et une quatrième qui ajoute des nouveautés.

Cette espèce est parfois confondue avec le margousier [neem]. Mais ce dernier possède des fleurs entièrement blanches, et une écorce classique sans striures.

Principales caractéristiques et utilisations du lilas de Perse

Très résistant aux insectes et autres agents pathogènes.

Croissance rapide. Il peut atteindre 6-8 mètres de hauteur en quatre ou cinq ans.

Les feuilles sont utilisées comme un insecticide naturel mais elles ne doivent pas être consommées car elles sont très toxiques. Mettre un branchage dans une serre serait très efficace pour lutter contre les insectes nuisibles.

On dit que de le planter dans un jardin régule avec bonheur les excès de populations de moustiques et autres piqueurs indésirables.

Plante médicinale.

Le bois de feu est une utilisation majeure du M. azedarach.

Le bois est très résistant en particulier aux insectes xylophages. Son bois est utilisé pour fabriquer des outils agricoles, des meubles, du contreplaqué, des boîtes, des poteaux, des manches d'outils. Il est utilisé en ébénisterie et dans la construction en raison de sa résistance aux termites.

Les fleurs mellifères sont peu attractives pour les abeilles et les papillons.

Les fruits sont consommés par les oiseaux qui dispersent les graines.

Et son contraire : Mais erreur ! Vous m'avez bougé [exporté en Europe] et les oiseaux qui me reproduisent n'existent pas sous vos climats ; en effet je suis toxique pour une grande majorité de la gent ailée de vos latitudes [comme quoi il faut toujours consulter plusieurs sources avant de croire n'importe quoi !].

Des graines oléagineuses, il était extrait jadis une huile d'éclairage.

Peut résister jusqu’à –10°C mais sur de brèves périodes.

C'est un arbre fourrager, apprécié des petits ruminants. Les feuilles sont très nutritives.

Et son contraire : Toutes les parties de l’arbre sont toxiques. Il vaut donc mieux ne pas risquer de donner les feuilles aux animaux.

Haut. Précédente.  

Pas de formulaire de contact pour le moment car j'en cherche un qui contient un captcha et qui fonctionne.

Ne m'écrivez pas : ce formulaire est en cours de test et ne fonctionne pas encore.

()


Nom ou pseudo :

Adresse courriel :

Sujet :

Message :

Haut. Précédente.  

« Dieu a fait l'Homme à son image... quel salaud ! »

Les textes, sigles, photos, tout le site est sous copyright (sauf indication contraire).
Tous droits réservés © Copie interdite sous peine de procès.

Mentions légales :
Site hébergé chez : OVH.
Courrier : 2 rue Kellermann, 59100 Roubaix (France). Mail : cil@ovh.net.